Archives du mot-clé Eglise

Terre Sainte 168

La lutte finale ou le chemin de l’espérance

A entendre la première lecture tirée du livre de l’Apocalypse, celle-ci a un petit goût de lutte finale! Et il est bien question de la lutte finale: dans l’Apocalypse, (qui n’est pas synonyme de catastrophe mais de révélation), saint Jean s’adresse à des chrétiens persécutés pour les soutenir dans leur épreuve et leur annoncer la victoire finale. Mais comme pour recevoir certaines chaines cryptées, nous avons besoin du décodeur pour le comprendre!

Dans cette lutte, les forces du mal qui se déchainent, sont représentées par le dragon rouge feu. Ce dragon semble avoir la victoire en balayant de sa queue « le tiers des étoiles du ciel, et à les précipiter sur la terre. » (Apocalypse 12,4) Même si il compte bien faire échec au plan de Dieu en étant posté « devant le femme afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. » (Apocalypse 12,4), sa défaite est annoncée et nous n’avons pas à avoir peur.

Face au dragon, une femme enceinte torturée par les douleurs de l’enfantement, qui a « le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles » (Apocalypse 12,1). Qui est cette femme? A regarder les images bibliques qui nous parlent de la relation entre Dieu et son peuple en termes de noces, cette femme est le peuple élu qui engendre le Messie. Pour les disciples du Christ confrontés à la persécution, cet enfantement est douloureux. Nous sommes en train d’enfanter l’humanité nouvelle. Continue la lecture

De l’église à l’Eglise…

Ponches-EstruvalC’est toujours une grande joie de fêter un anniversaire, qui plus est quand celui-ci n’est pas commun: 400 ans! C’est l’âge honorable de cette église dans laquelle nous sommes réunis ce soir.

En célébrant cet anniversaire, nous rendons grâce avant tout au Seigneur non pas pour ces pierres qui, assemblées entre elles, forment ce bel édifice. Nous rendons grâce avant tout pour la communauté de croyants, de disciples de Jésus Christ pour qui il était important d’avoir ce lieu, au coeur du village pour célébrer sa foi. Nous rendons grâce pour celles et ceux qui ont fait et qui font que cette église soit un lieu vivant, témoin d’une communauté heureuse de célébrer Jésus-Christ.

Ce bâtiment de pierres nous rappelle une chose importante de la foi chrétienne: Dieu s’est incarné. Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ. Dieu est venu habiter au coeur de notre humanité. En Jésus-Christ, il a vécu pleinement notre vie humaine: de ses joies, ses peines, ses épreuves jusqu’à mourir et mourir sur la Croix. Cette église est la maison de Dieu dressée au milieu de notre vie quotidienne. Elle est signe que Dieu, aujourd’hui encore demeure au milieu de nous. Elle nous invite à laisser une place au transcendant au coeur même de nos propres vies. Une première question se pose donc à chacun: quelle place à Dieu dans ma vie quotidienne? Comment est-ce que je laisse Dieu habiter ma vie?

Comme nous le vivons ce soir, ce bâtiment est aussi un lieu de rassemblement. C’est dans l’église que le peuple des baptisés se rassemble pour célébrer Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous. L’église est le lieu où les hommes et les femmes, où celles et ceux qui cherchent Dieu viennent faire monter leur prière, leur action de grâce. C’est dans l’église que le peuple de Dieu se rassemble pour célébrer les grands moments de sa vie de foi: baptême, mariage, ordination, obsèques et bien sûr celui qui rassemble au moins chaque dimanche la communauté: l’Eucharistie. La deuxième question qui se pose à nous: la foi en Jésus-Christ n’est pas qu’un acte personnel, c’est une démarche de communauté: ai-je à coeur de rejoindre cette communauté pour y nourrir ma foi? Pour y nourrir ma rencontre avec le Christ?

L’église bâtiment est aussi le signe de l’Église avec un ‘E’ majuscule, le peuple de Dieu. Chaque pierre de cet édifice nous rappelle que chacun d’entre nous est une pierre vivante de l’Église, peuple de Dieu, corps du Christ et Temple de l’Esprit comme le définit le Concile Vatican II. Chaque élément de l’édifice est important et indispensable pour que celui-ci soit cette église qui nous accueille ce soir. De même, chacun de nous est important et à sa mission, sa place pour que l’Église, peuple de Dieu, corps du Christ et temple de l’Esprit soit la maison où chaque personne qui vient frapper à sa porte se sente accueillie pour ce qu’elle. Quand les pierres se désolidarisent les unes des autres alors elles tombent et l’édifice devient peu à peu une ruine. Ainsi en va-t-il aussi de notre vie de foi: membre d’un même corps, c’est ensemble qu’il nous faut annoncer et vivre notre attachement au Christ, solidaire les uns des autres, travaillant ensemble pour vivre l’Évangile.

Que l’anniversaire de cette église ne fasse pas uniquement regarder vers le passé, mais qu’il nous aide à écrire l’histoire faisant de nos vies ce pourquoi a été édifiée cette église: un chef d’oeuvre qui rende gloire à Dieu. Amen.

Saint Riquier, l’abbatiale en lumière

Ce samedi 6 juillet 2013, nous avons vécu la nuit des églises. L’abbatiale fût ouverte de 20h30 à 23h30 et mise en lumière grâce à l’équipe technique du Festival. Par ces quelques photos, en voici un aperçu. (pour agrandir la photo,cliquer dessus!)

Un grand merci à toute l’équipe technique d’avoir permis que cette soirée ait lieu en pleine installation du festival. Merci à Juan d’avoir assuré la technique toute la soirée. Merci à Pierre de nous avoir régalé à l’orgue et merci à Marie-Agnès de nous avoir régalé par le chant.

Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ?

« Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? 

J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur. »

(Psaume 115(116), 12-13)

Pain et vin

« Père très saint,

puisque ce jour me rappelle que tu m’as toi-même associé à l’unique sacerdoce du Christ

et mis au service de ton Église,

donne-moi la force d’annoncer l’Évangile avec foi et humilité

pour guider mes frères vers ton Royaume.

Par Jésus Christ, notre Seigneur et notre Dieu

qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit

maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »

En action de grâce pour le 2 juin 2002, fête du Corps et du Sang du Seigneur, jour de mon ordination.